Voyage d'une famille autour du monde. Tour du monde familial. L'alimentation du jeune enfant dans le monde
Tour du Monde - Actualité arrow Asie arrow Savarine, mon doux poison

Savarine, mon doux poison

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Perrine   
10-11-2008
 

Ce que les infirmières françaises devraient apprendre des infirmières indiennes : le respect de la pudeur ! Comment puis-je vous le dire ? Et bien figurez vous que je sors aujourd'hui même de l'hôpital ! Rassurez-vous, tout va pour le mieux maintenant depuis qu'ils ont découvert que je suis allergique à .... la Savarine. Et oui, un produit bien de chez nous. Que des médecins "bien attentionnés" ont ABSOLUMENT voulut nous prescrire, et qu'il fallait ABSOLUMENT prendre sinon c'était à nos risques et périls (imaginez aussi le discours super culpabilisant de parents indignes si nous refusions d'en donner à nos enfants !).

Et dire que nous ne voulions pas en prendre à la base. J'aurai dû suivre mon instinct. Déjà mon premier contact avec un antipaludéen n'avait pas été convainquant (le Lariam pris en 2000 pour la Guyane me mettant KO pour 2 jours avec vertiges, nausées, etc).


Pour le petit historique rapide :


Mardi et mercredi : petite grippette bien soignée avec mes gouttes, mais comme je perds de l'appétit quand je suis pas bien, mon estomac finit par me faire mal avec les médicaments que je prends.


Jeudi et vendredi : très grande fatigue et gastralgies accrues, mon estomac ne supporte plus rien, même les médicaments prescrits par le médecin indien jeudi matin.


Samedi, je décide de ma faire violence pour que nous allions visiter le Fort d'Amber. On ne va tout de même pas se cloitrer dans la chambre par une si belle journée -la dernière à Jaipur- pour une petite fatigue... en plus, mon estomac va un peu mieux... enfin, presque. La visite sera écourtée du fait de ma trop grande fatigue et d'un début d'apparition d'éruptions cutanés (le médecin nous avait dit de revenir samedi si la fièvre ne baissait pas ou s'il y avait apparition d'éruptions, et qu'il ne ferait de dépistage de la Dengue -ce que je redoutais au départ quand nous avions consultés jeudi- qu'à ce moment là). Le soir même, je retourne voir le médecin, il me rassure : cette éruption est rien du tout, je peux partir tranquille demain !


Dans la nuit de samedi à dimanche commence alors mon calvaire : un urticaire géant sur tout mon corps qui devient écarlate, que rien ne soulage (pas même 3 douches dans la nuit), et qui me brûle particulièrement le dessous des pieds et les paumes des mains.


Dimanche au petit matin, excédée par la douleur et après une nuit blanche, je m'habille en toute hâte et descends au salon sans pouvoir attendre Cyril et les filles. A peine la vieille dame me voit (tordue de douleur et ne pouvant refouler le prurit qui devient compulsif pour moi), elle appelle son mari qui enfile sa veste en marchant d'un pas décidé et qui m'emmène de suite chez le médecin (qui consulte en fait dans un petit hôpital situé au coin de la rue), j'ai à peine le temps de lancer à Cyril que j'y vais de suite, depuis le trottoir. La douleur n'a pas de barrière linguistique, la vieille femme ne parle pas un seul mot d'anglais, mais à tout de suite vu ma détresse.


Arrivée à l'hôpital, notre logeur se charge de trouver le médecin au plus vite. Ce dernier me demande si c'est sur tout le corps, il me prescrit de suite des injectables et une lotion à passer sur tout le corps. Les actions se suivent à une grande vitesse. On m'installe dans l'infirmerie, mon œil de pro me permet d'être rassuré de l'usage de seringues à usage unique (celle-là n'aura piquée que moi !). La douleurs s'accentue à la pose de la lotion sur le corps. C'est là que je me dis que le respect de la pudeur est là, en France les infirmière vous aurez mis en sous vêtement pour ça, là l'aide soignante et l'infirmière soulèvent à peine ma jupe longue pour recouvrir tout mon corps de la lotion. De même quand mes mouvements de douleur soulèvent un peu ma jupe et qu'on entrevoit mes mollets, elles sont toujours là pour replacer la jupe avec un sourire.


Notre logeur, qui s'est conduit comme un père inquiet de la santé de son enfant, va chercher Cyril resté à la Guest House pour s'occuper des filles. Les filles sont confiées aux femmes de la maison avec leur copine Tina, rien de telle qu'une matinée dessins animés, non ?


Le médecin est inquiet, il n'a jamais vu ça. Le teste de la dengue est négatif, c'est déjà ça, mais à quoi puis-je bien être allergique ? Je n'ai pas absorbé le moindre médicament depuis 4 jours ... sauf la Savarine, mais je la prends depuis 21 jours !


Le médecin m'envoie chez un confrère dermatologue qui travaille au plus gros Centre Hospitalier Universitaire de Jaipur, mais qui consulte en ville le dimanche. En moins de 2, notre logeur trouve un ami chauffeur, pendant que le médecin appelle son confère. Un quart d 'heure plus tard, je passe devant tout le monde, Cyril fini par sortir la boite de Savarine, le lien est fait !


Je repars pour l'hôpital avec une longue ordonnance, je passerai la journée à l'hôpital. En relisant le document fournit dans la boite (oui, il n'y a pas que les conseils de l'ordonnance, il y a ceux des boites aussi !), le lien aurait pu se faire plus tôt : ne convient pas aux personnes de moins de 50 kg, absorption accrue si troubles gastriques. Bref, avec des si !


Pour finir rapidement sur cet épisode, je suis finalement resté 25 heures à l'hôpital, j'ai donc passé la nuit là bas. Je vais beaucoup, beaucoup mieux, même si ça me grattouille encore un peu ! Nous avons eu tous très peur, y compris la famille qui nous accueille qui n'a pas hésité à avancer les frais médicaux en l'absence de Cyril. Même le boy de la maison a pris soin de m'apporter de quoi boire et manger (thé chaud dans une bouilloire, avec petite tasse maison, pain – confiture, etc).


Nous avons donc dû ajourner notre départ de Jaipur de 2 jours : adieux Pushkar et Jodpur, ma santé passe avant. Nous prenons donc maintenant le temps de préparer nos bagages (et oui, quand je peux pas faire la lessive... y a du retard !), nous partirons demain si tout va bien direction Agra.


Petite consolation pour moi, ma peau étant encore un peu sensible, c'est Cyril qui fait la lessive aujourd'hui pour la première fois du voyage... et aussi depuis qu'on se connait !


Désolée pour toutes ces tracasseries, mais un voyage c'est aussi ça : les pires moments de galère sont ceux qu'on raconte toujours en premier tant ils marquent nos esprits !

A lire également :

Commentaires utilisateurs (10) Fil RSS des commentaires
Posté par Mél, le 10-11-2008 18:56, , Invité
1. Hé ben!!!
Des allergies aux medocs qui arrivent au 21ème jour de prise... J'ai pas vu ça souvent à la pharmacie!!! 
J'essaierai de me souvenir de ton expérience! 
Bisous et bon rétablissement 
Mél
 

Posté par Tom & Léti, le 10-11-2008 21:42, , Invité
2. Ca vous gratouille ou ça vous chatouille
On espère que vous n'aurez tout de même pas trop de "pires moments" à nous raconter. Repose toi bien... et continuez à nous faire "visiter" tous ces pays!! "Gros lapin" regarde avec attention vos photos!! 
Des bisous à vous 4!!!
 

Posté par gourgeot martine, le 11-11-2008 08:27, , Invité
3. doux poison ou poison très agressif ?
En espérant que ce n'est plus qu'un mauvais souvenir et que te voilà bien retapée pour la suite de l'aventure. Ressource-toi au Taj Mahal qui semble votre prochaine destination. 
Gros bisous à tous les quatre. 
Martine
 

Posté par steph, le 11-11-2008 18:16, , Invité
4. eh ben..
en tout cas prend soin de toi
 

Posté par adrien, le 14-11-2008 09:05, , Membre
5. lessive
Tout ça pour faire faire la lessive à Cyril, tu n'as pas honte Perrine?:-))
 

Posté par MOUGEOT Millie, le 15-11-2008 06:42, , Invité
6. Courage pour la suite
Je lis avec grand plaisir le récit de vos aventures autour du monde et j'apprécie la sélection des photos jointes à vos textes. Surtout continuez à nous faire voyager ainsi et gardez la santé, si possible.
 

Posté par Perrine, le 15-11-2008 10:23, , Invité
7. Merci de votre soutient à tous
Merci de votre soutient à tous ! 
 
ça va beaucoup mieux, j'ai même fini mon traitement anti-allergique. 
 
Mes pieds me grattent encore un peu parfois (surtout le soir) mais bon c'est du passé !
 

Posté par frog on the road, le 16-11-2008 22:31, , Invité
8. Infos à partager
Et bien, c'est hallucinant ça - j'vais en informer le site d'ABM et le mettre sur le mien pour partager l'info car franchement, c'est le genre de truc que je n'aurais meme pas pensé ! bonne chance pour la suite.
 

Posté par peytral maïtena, le 12-04-2009 17:47, , Invité
9. du retard mais on pense à vous
avec paul qui ne va pas trés fort je reprends seuleument le fil de votre équipée!!!! heureusement que tu vas mieux on vous souhaite bon courage et bon courage pour le reste de votre voyage et...bon vent bises aux filles maïténa et paul
 

Posté par Martine, le 15-05-2014 10:42, , Invité
10. j 'ai eu la même chose
En rentrant de Madagascar ou nous rendions visite à notre fils qui vit là-bas. Après 3 semaines de savarine, Après le vol de retour, dans le train, j'ai fait un oedème sur le visage, un urticaire et depuis 8 jours je ressens un épuisement continuel.Il vaut mieux emmener un médicament curatif que préventif.
 

Nom
E-mail
Titre  
Commentaire
 
Caractères restant: 2000
   m'avertir par mail si ce commentaire est suivi
  Veuillez répondre à la question:
M8C         6PG      
R 4    T    N     43E
OFJ   JBU   TYM      
C J    6      B   L2X
EKO         LGB      
   
   

Ajouter votre commentaire

© 2007/2009 - Cyril & Perrine - enfants-autour-du-monde.fr
Voyage d'une famille autour du monde