Voyage d'une famille autour du monde. Tour du monde familial. L'alimentation du jeune enfant dans le monde
Tour du Monde - Actualité arrow Asie arrow Il faut bien sortir un jour

Il faut bien sortir un jour

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Cyril   
29-10-2008
 

L'expérience difficile vécue à Delhi ne nous motive guère à sortir pour nous exposer au monde extérieur. Mais il faut se motiver et ayant un mois à passer en Inde, il va bien falloir s'habituer à ce pays.

En cinq jours, nous ne serons sortis que deux fois de la guest house. La première fût une balade dans les environs à la découverte des rues. Comme à Delhi, beaucoup de petites boutiques sont l'une à côté de l'autre. Boutique de textile, de papeterie, de nourriture, de tissu, de quincaillerie, etc. Devant chacune d'entre elles, l'égout qui passe. Quelque fois il y a une sorte d'estrade pour l'enjamber. De part et d'autre, un tas de détritus, du sable, de la poussière, une personne en train d'uriner sur un mur, une vache allongée sur son flanc, un enfant faisant la quête. Bref, ça grouille sur le "trottoir". Les rues, elles, ne changement pas : toujours autant de rickshaws, vélos, voitures, chameaux/chevaux trainant une charrue, et quelques piétons d'en un élan transversal, le tout accompagné du doux son des klaxons continuellement actifs.

Alix ne foulera pas le sol, elle restera sur mes épaules et je pense que ce sera la solution que nous retiendrons pour l'ensemble de notre séjour en Inde. N'ayant qu'un paire d'épaules, Amélie marchera avec comme musique de fond, la voix de ses parents lui indiquant de faire attention où elle marche.

Curieusement, nous ne nous faisons pas accoster par les Indiens. Certes les regards se tournent vers nous, mais c'est très supportable. Dans cette rue commerçante mais peu touristique, les vendeurs ne tentent pas de nous alpaguer. Malgré ce constat, la vision de cette vie poussiéreuse et misérable m'est très difficile à accepter.

La seconde sortie sera dans un quartier plus éloigné de notre guest house et le trajet se fera d'ailleurs en rickshaw. Nous sommes invités à prendre le rickshaw qui conduit la belle fille de notre hôte à son lieu de travail et sommes ainsi déposés devant un marché. Ici, les marchants sautent sur l'occasion et tentent de nous vendre mille merveilles. Des enfants viennent mendier et n'ont cure de nos réponses négatives. Je retrouve la sensation ressentie à Delhi lors de ma première sortie, celle d'être loin de son lit douillet et dans un milieu psychologiquement agressif. La marche se prolongera jusqu'à la vieille ville. Toujours des rues très commerçantes, un monde, piéton ou motorisé, très important. Nous ressortons après une bonne marche à travers ces ruelles improbables et décidons de rentrer. Commence alors la recherche d'un rickshaw. Pour en trouver, rien de plus simple, il suffit de marcher sur le trottoir et de tourner la tête vers la rue. Toutes les 3,5 secondes, un rickshaw libre passe en nous klaxonnant. Au lieu de dire non comme nous en avions l'habitude jusqu'à présent, puisque en cours de balade piétonne, il suffit de dire ce coup-ci, "oui". Cependant, ce n'est pas pour autant que ce sera le bon. Il faut tout d'abord qu'il sache lire la carte de visite de la guest house sur laquelle est indiquée l'adresse. Puis vient ensuite la négociation du tarif.

Sur ce dernier point, nous nous étions renseigné sur le montant maximal acceptable qui nous a été conseillé par la guest house. En l'occurrence, il ne fallait pas dépasser les 50 roupies. Le tarifs qui nous est demandé par les rickshaw est de 100 roupies. Mon prix de départ est donc de 40 roupies. La négociation s'arrête souvent de leur côté à 70 roupies et moi... à un refus qui nous permet de continuer tranquillement notre chemin, à pied. Lorsque l'on converti en euros, cela fait certes un prix tout à fait négligeable, surtout si l'on compare aux tarifs pratiqués par nos taxis français. Mais nous sommes en Inde, avec un niveau de vie qui est ce qu'il est et il ne s'agit pas de payer 3 fois le prix habituel sous prétexte que nous sommes des touristes.

Et même si à cette heure nous sommes sous un soleil de plomb, que nous avons faim et soif, je préfère marcher que de me faire avoir. Je commence d'ailleurs à me rendre compte du tarif exorbitant que j'ai eu lors de mon trajet à Delhi, 400 roupie de mémoire, pour un trajet quelque 2 fois plus long seulement que celui que nous tentons de négocier à 50 roupie ici.

D'ailleurs, ce n'est pas parce que l'on a décliné l'offre et que nous continuons notre chemin, que la négociation est pour autant terminée. Vous pouvez être surs que 10 ou 20 mètres plus loin, le rickshaw revient à la charge avec un tarif plus en notre faveur. Il faut attendre 30 mètres pour que le tarif souhaité soit enfin proposé. Comme quoi, ils y trouvent leur compte.

Dans cet environnement, retrouver sa chambre et ses affaires procure un bien fou ! Et fait redouter la prochaine sortie.

A lire également :

Commentaires utilisateurs (4) Fil RSS des commentaires
Posté par patricia, le 29-10-2008 15:29, , Invité
1. pas facile
courage, une copine etait restée 5 jours dans son hotel avant de sortir..mais finalement tout c'est bien passé.
 

Posté par Elodie, le 30-10-2008 08:46, , Invité
2. Idem
Des amis ont fait le tour du monde et on ressenti la même chose que vous. Après avoir tenté une première sortie rapide dans les rues, ils sont vite revenus dans leur hôtel. Pour les sorties suivantes, ils se sont habillés de façon plus locale pour se fondre dans la masse et ont acheté des sacs locaux au lieu de leur sac a dos... je sais pas si ça peut aider... 
Peut etre qu'en faisant un tour dans la campagne, vous vous sentirez moins opressés aussi ? 
Tachez de bien en profiter quand meme les amis. Le temps devrait vous permettre de trouver vos marques. 
A bientot !
 

Posté par JPR, le 21-02-2009 08:18, , Membre
3. bagages
Bonjour, nous avons découvert votre blog il y a 2 semaines et le lisons presque quotidiennement ! Nous préparons le mm voyage que vous avec un itinéraire assez similaire, avec nos 2 enfants (garçon 7 ans , fille 2,5 ans). Départ vers le 25/07. 
En 2 mots, dans votre valise : qu'avez vous emmené qui soit vraiment utile ou un plus, et qu'avez vous emmené et qui s'avère superflu ? 
Et pour la pharmacie ? (c'est surtout la partie Afrique et Inde qui m'inquiète pour les enfants. Je n'ai pas fini de lire vos articles en Inde). J'aime bp vos articles : détaillés & amusants. A bientôt. 
J-Pascal et Prune
 

Posté par Cyril, le 15-03-2009 01:03, , Membre
4. Le matériel vraiment utile
Votre question nécessiterait un article dédié. Et tout dépend du pays. Certaines choses ne sont pas sortie de notre sac avant l'Australie (duvets), d'autre ont servi en Chine et puis c'est tout. Et cela dépend aussi du mode de vie dans chaque pays, nous étions par ex. en appartement en Chine et en camping en Australie, ce qui rend le matériel nécessaire vraiment différent.
 

Nom
E-mail
Titre  
Commentaire
 
Caractères restant: 2000
   m'avertir par mail si ce commentaire est suivi
  Veuillez répondre à la question:
MBE         WN6      
8      Y    K W   6NG
4IR   NJQ   7TK      
1 6    X    T 8   WLY
IOR         14N      
   
   

Ajouter votre commentaire

© 2007/2009 - Cyril & Perrine - enfants-autour-du-monde.fr
Voyage d'une famille autour du monde